Convertie au christianisme, la fille d’un imam est menacée de mort

Publié le par Les Heritiers d'Ibn Rochd

11 Décembre 2007   Royaume-Uni 
 
La fille d’un imam britannique a été mise sous protection policière après avoir reçu des menaces de mort de son père pour s’être convertie au christianisme.
 
La femme de 31 ans, dont le père dirige une mosquée au Lancashire, a dû déménager pas moins de 45 fois après que des membres de sa famille aient promis de la traquer et de la tuer. Née en Grande-Bretagne et diplômée universitaire, elle utilise le pseudonyme Hannah pour sa propre protection. Elle a renoncé à la religion musulmane à l’âge de 16 ans pour échapper à un mariage forcé.
 
En fuite depuis maintenant 10 ans, elle a appelé la police il y a quelques mois seulement après avoir reçu un message de son frère disant qu’il ne serait pas tenu responsable de ses actes si elle ne retournait pas à l’islam.
 
La police a accepté de lui offrir sa protection en cas d’attentat à sa vie.
Hier soir, elle a dit : « Je suis déterminée à vivre ma vie comme je l’entend parce que je devrais être libre dans ce pays. »
 
« Si vous faites le choix de vous établir dans ce pays, comme mes parents l’ont fait en venant du Pakistan, vous devez vous conformer aux lois de ce pays, ce qui signifie respecter la liberté d’autrui. »
 
« Je sais que selon le Coran, celui qui abandonne l’islam est un apostat qui doit être tué. D’une certaine manière, ma famille suit donc le Coran. Ils suivent l’islam à la lettre ». « Mais je ne crois pas que chaque musulman passerait à l’acte ». « Ma situation est terrifiante mais je ne vais pas me laisser envahir par la peur au point de ne plus vivre ma vie. »
 
« Je sens que j’ai perdu ma famille, ce qui est très difficile. » « Parfois, j’ai le moral bas et je suis perturbée par ce que mon père pourrait me faire. Mais je change régulièrement mon numéro de téléphone pour éviter qu’il puisse me rejoindre. »
 
Hannah est née au Lancashire de parents pakistanais qui ont donné à leurs enfants une stricte éducation islamique sunnite. Elle priait et lisait le Coran, portait des vêtements musulmans traditionnels et a étudié dans une madrassa, une école coranique. Elle s’est enfuie de la maison à l’âge de 16 ans après avoir entendu son père arranger un mariage pour elle. Elle a trouvé refuge chez un professeur de religion et décidé de se convertir au christianisme.
 
Bien que malheureux, ses parents ont traité son refus de l’islam comme un caprice d’adolescente. Lorsqu’elle a décidé de se faire baptiser après ses études à l’Université de Manchester, sa famille était outrée et c’est là que les menaces de mort ont commencé. Son père s’est présenté chez elle accompagné de 40 hommes et a menacé de la tuer à cause de son abjuration de l’islam.
 
« J’ai vu mon oncle et ces 40 hommes prendre la rue d’assaut avec des scies, des marteaux, des couteaux et des pièces de bois » dit Hannah. « Mon père criait à travers la boîte aux lettres « je vais te tuer », pendant que les autres pulvérisaient les fenêtres et heurtaient la porte. » Ils criaient « Nous allons te tuer » et «  traître ». « C’était terrifiant. J’étais convaincue que j’allais mourir mais soudainement, après une dizaine de minutes, le bruit a cessé et les hommes sont soudainement repartis. »
 
« Hannah, qui prononce des allocutions sur l’islam dans des églises, est en fuite depuis cet incident. Elle doit souvent fuir sa maison à quelques minutes d’avis. »
 
Après le dernier message de son frère en juin, elle a finalement contacté la police.
Personne n’a été arrêté ou inculpé pour les menaces de mort, mais des officiers l’ont mise sur un registre de « personnes à risque » et lui ont remis un numéro de « panique » à composer si elle craint pour sa sécurité.
 
Le Dr Michael Nazir-Ali, évêque de Rochester, a dit hier aux invités d’un déjeuner bénéfice que les musulmans de Grande-Bretagne qui souhaitaient se convertir à une autre religion vivaient dans la crainte de perdre la vie à cause de l’hostilité de l’islam envers les conversions. Une étude réalisée cette année révèle que 36% des musulmans britanniques âgés de 16 à 24 ans croient que la conversion à une autre religion mérite la peine capitale.
 
En juillet, une immigrante d’origine iranienne en Grande-Bretagne qui s’est convertie au christianisme a échappé à la déportation parce qu’il s’est avéré qu’elle serait lapidée à mort dans son pays.
 

Publié dans Aire occidentale

Commenter cet article