Pétition : Appel de citoyen Algériens aux organisation citoyennes, aux partis et aux syndicats progressistes

Publié le par Les Heritiers d'Ibn Rochd

 

Attaques à la bombe en Algérie :
Un appel de citoyens Algériens  aux organisations citoyennes, aux partis et aux syndicats progressistes
 
 
Aujourd'hui 11 décembre 2007, Alger a été dévastée par deux bombes. Les premiers rapports font état de 62 morts et de 177 blessés. Selon les agences de presse,  El Qaida- Maghreb a revendiqué les attentats.
 
Après une décennie de tueries et de terreur dans les années 1990 qui fit 200 000 victimes, le peuple algérien est épuisé. Pourtant cette nouvelle escalade dans la violence n'est pas une surprise pour nous. En dépit - ou à cause - de l'amnistie générale officielle offerte par l'état aux intégristes amés sous couvert de politique de 'réconciliation' - c'est à dire un pardon présidentiel accordé sans même que soient établis ni les faits ni les responsabilités - les groupes islamistes armés n'ont jamais rendu leurs armes et les tueurs 'pardonnés' ont continué à parader dans les villages, menaçant de nouveau leurs opposants et celles de leurs victimes ayant survécu à leurs atrocitiés, interdisant la musique, contrôlant la 'moralité' et imposant l'apartheid sexuel.
 
Depuis des années, en Algérie comme dans d'autres pays musulmans, les gouvernements Européens et Nord Américains guidés par leurs intérêts pétroliers ont entretenu les relations les plus ambigües avec les forces politiques d'extrème droite travaillant sous couvert de l'Islam.
 
Mais cela fait aussi des années que la plupart des partis et des organisations progressistes en Europe et en Amérique du Nord, et également de progressistes en Asie et en Afrique ainsi que le mouvement altermondialiste, ont refusé de prendre les distances nécessaires vis à vis de  ces mêmes forces d'extrème droite, sous le prétexte de défendre les droits des opprimés. 
Nous sommes nombreux et nombreuses, en Algérie tout comme dans les autres pays musulmans et dans la dispora nord africaine, à nous opposer au projet théocratique des groupes islamistes armés ( qui veulent imposer la loi de Dieu, telle que l'interprètent les forces religieuses d'extrème droite) et à défendre la république laïque ( qui est régie par les lois des hommes, donc amendables par la volonté et le vote du peuple). Mais c'est pratiquement sans aucun soutien de la part de ceux dans la communauté internationale qui auraient du être nos alliés, que nous avons livré cette bataille.
 
A la veille d'une nouvelle lutte contre l'extrème droite théocratique islamiste armée en Algérie, nous en appelons aux organisations citoyennes, aux partis et syndicats progressistes, aux groupes de droits humains et à tous les citoyens et citoyennes concerné/es en Europe et au delà, pour apporter un soutien direct, immédiat et durable sur le long terme, à toutes les forces, partis, syndicats progressistes, aux organisations citoyennes et aux organisations de femmes, qui travaillent pour une république laïque en Algérie.
Prenez contact directement avec ces organisations, travaillez en réseau avec elles, échangeons ensemble. Elles ont, nous avons besoin de soutien et de visibilité.
C'est une illusion de croire que ce projet théocratique s'arrétera à vos frontières. Soutenir ceux et celles d'entre nous qui sont sur la ligne de front, c'est servir la liberté démocratique dans le monde.
 
Premiers signataires:
SIAWI,  Secularism Is A Women's Issue ( siawi.org)
Marieme Helie Lucas, fondatrice Réseau international WLUML, coordinatrice SIAWI, Montpellier
Hakim Arabdiou, Paris
Selim Ducos, Paris
Lalia Ducos, militante associative défenseur des droits humains, Paris
Cherifa Kheddar, présidente Djazairouna, Blida
Amir Rezzoug, photographe, Marseille
Saleha Larab, journaliste, Alger
Samia Allalou, journaliste, Paris
Mohamed Ali Allalou, animateur radio, Paris
Aziz Smati, réalisateur, Paris
Karima Bennoune, Associate Professor Rutgers School of Law, Newark
Malika Zouba, journaliste, Paris
Mohamed Sifaoui, journaliste, Paris
Asma Guenifi, psychologue, Paris
 
 
 
Bomb blasts in Algeria
A call from concerned Algerian citizens  to citizens' organizations, progressive parties and unions
 
 
Today December 11, 2007, Algiers was devastated by two bomb blasts. The first reports claim 26 dead and 177 wounded. According to press reports, Al Qaeda in the Land of the Islamic Maghreb has claimed responsibility for these attacks.
 
After a decade of murder and terror in the nineties that made 200 000 victims,  the Algerian people are exhausted.
Yet this new escalation in violence is no surprise to us. In spite - or because - of the blanket amnesty officially labeled a 'reconciliation' policy  - i.e. an overall presidential pardon granted without even establishing facts and responsibilities -, Islamic armed groups never surrendered arms, and 'pardoned' perpetrators paraded in villages, threatening  their opponents and the survivors of their atrocities again, forbidding music, controlling 'morality' and imposing gender apartheid.
 
For a long time, in Algeria as well as in other Muslim countries,  European and North American governments led by their interest in gas entertained the most ambiguous relations with the extreme right political forces working under the cover of Islam.
 
But for a long time too, the vast majority of progressive parties and organizations in Europe and North America, as well as progressives in Asia and Africa and the anti globalization movement, refused to  distance  themselves from these same extreme right forces, under the pretext of defending the rights of the oppressed.
We are numerous, in Algeria as well as in other Muslim countries and in the North African diaspora, to oppose the theocratic project of Islamic armed groups ( i.e. the law of God as interpreted by extreme right religious forces), and to stand for a secular republic ( i.e. the laws of the people that can be changed by the will and vote of the people). But we fought this battle virtually without support from  those in the international community who should have been our allies.
 
On the eve of yet another battle against theocratic extreme right Islamic armed groups in Algeria, we call on citizens' organizations, progressive parties and unions, human rights groups and all concerned citizens in Europe and beyond, to extend direct immediate and sustained political support to all progressive forces, parties, unions, people's organizations, and women's organizations working for a secular republic in Algeria.
Reach out to these forces, network with them, exchange with them. They/we need support and visibility.
It is an illusion to think that this theocratic project will stop at your borders. Supporting those who are on the front line ultimately serves the interest of democratic freedom in the world.
 
First signatories:
SIAWI,  Secularism Is A Women's Issue ( siawi.org)
Marieme Helie Lucas, Founder of WLUML, coordinator SIAWI, Montpellier
Hakim Arabdiou, Paris
Selim Ducos, Paris
Lalia Ducos,women human rights defender, Paris
Cherifa Kheddar, president Djazairouna, Blida
Amir Rezzoug, photographe, Marseille
Saleha Larab, journalist, Alger
Samia Allalou, journalist, Paris
Mohamed Ali Allalou, animateur radio, Paris
Aziz Smati, film director, Paris
Karima Bennoune, Associate Professor Rutgers School of Law, Newark
Malika Zouba, journalist, Paris
Mohamed Sifaoui, journalist, Paris
Asma Guenifi, psychologist, Paris

Publié dans Algérie

Commenter cet article