Empêcher la femme saoudienne de travailler conduit inévitablement vers la régression

Publié le par Les Heritiers d'Ibn Rochd

Mediarabe.info
Une chronique du quotidien saoudien « Al-Jazirah »
Empêcher la femme saoudienne de travailler conduit inévitablement vers la régression 
mardi 11 décembre 2007 
Après la découverte de pétrole en Arabie saoudite, les radicaux saoudiens s’étaient longtemps opposés à l’exploration accordée aux « impies », sous prétexte qu’ils souillent la terre islamique. Aujourd’hui, ces mêmes radicaux s’opposent au travail de la femme, sous prétexte de lutter contre la mixité. Dans un cas comme dans un autre, le résultat est le même : la régression et l’ignorance.
C’est ce qu’explique Mohammed Ben Abdellatif Al-Acheïkh dans sa chronique publiée ce 11 décembre dans le journal saoudien « Al-Jazirah ». L’auteur s’emporte contre ceux qui, dans le passé, s’était opposé à l’exploration pétrolière sous prétexte que les explorateurs étaient des renégats, et contre ceux qui empêchent aujourd’hui la femme de travailler, pour respecter la non-mixité entre les deux sexes.
L’auteur s’interroge : « où serait l’Arabie si les radicaux avaient été écoutés et si le pétrole n’avait pas été produit ? » Pour lui, la richesse que peut produire la femme, en travaillant, dans la société actuelle, équivaut aux richesses générées par le pétrole, et qu’au lieu de les gaspiller, il convient au contraire d’encourager la femme à travailler.
Très critique, Al-Acheïkh affirme que « l’accès de la femme au marché du travail est une question de temps, et que personne ne pourra l’en empêcher, car il s’agit d’un impératif économique ». L’auteur invite les Saoudiens à tirer les conclusions des erreurs du passé et à prendre leur distance avec les radicaux dont les arguments n’ont aucun fondement religieux. Après la création du royaume d’Arabie, rappelle-t-il, « ces religieux s’étaient opposés à l’enseignement des filles, puis ils ont prohibé le port de la montre au poignée pour ne pas ressembler aux Occidentaux impies, et ont longtemps refusé d’admettre que la terre était ronde et qu’elle tournait sur elle-même... ». Et de conclure : « Aujourd’hui, si la société ne se libérait pas de cette mentalité, et si elle continuait à empêcher la femme de travailler et de produire pour accompagner le progrès social, le manque à gagner sera certain tout comme la régression ».
Traduction de Randa Al-Fayçal
Lire l'article original : Al Jazirah - Arabie Saoudite
 

Publié dans Proche et Moyen-Orient

Commenter cet article