Le Maroc a son Salman Rushdie

Publié le par Les Heritiers d'Ibn Rochd

 

Source http://emarrakech.info/Le-Maroc-a-son-Salman-Rushdie_a13085.html
Abdelkarim Chankou : Le Maroc a son Salman Rushdie : il s'appelle Fouad Bellamine. « Son Extravagance » l'ambassadeur de la république islamique d'Iran à Mexico est fâché contre une photo de l'artiste marocain Fouad Bellamine exposé à Puebla. Le remake « bellaminisé » du fameux « Origine du Monde » Gustave Courbet, réalisé en 1886 et exposé au Musée d'Orsay à Paris, risque de provoquer la rupture des relations diplomatiques entre Téhéran et Rabat sinon la troisième guerre mondiale. Immonde. En attendant, Son Extravagance Ghadiri Abyaneh semble oublier que son bled avait organisé un abject concours de caricatures en août 2006 sur l'holocauste. Mais celui-là était halal. Lisez !
 

Origines-du-monde.gif

L'origine du monde entre Fouad Bellamine (à gauche) et Gustave Courbet
« L'origine du monde », œuvre - photographique de l'artiste marocain Fouad Bellamine représentant un vagin et un dôme, a déclenché la colère de l'ambassadeur d'Iran au Mexique, qui a demandé son retrait d'une exposition organisée dans l'Etat mexicain de Puebla apprend une dépêche de l'AFP datée d'hier ! Quelque 60 photos rassemblant les œuvres de 22 artistes qui viennent de Palestine, d'Irak, d'Egypte, du Maroc, du Liban ou de Syrie avec l'objectif de « construire des ponts entre l'Orient et l'Occident ».
 
« L'exposition Mirages, art contemporain du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord, du 16 novembre au 3 février au musée San Pedro de Puebla », est organisée par Le secrétariat à la Culture de l'Etat de Puebla. Eh bien ! le pont a sauté en l'air avant même d'être construit.
 
Le diplomate se serait donc trompé et senti pris au piège. Le pauvre avec sa culture photo-artistique limitée aux sites nucléaires clandestins et aux fiches de police secréte, ne pouvait assimiler ni comprendre que le fameux- et non le fumeux comme le pense Son Extravagance-, tableau de Gustave Courbet n'était qu'une interprétation particulière des thèmes banals représentant Adam et Eve et qui ont été les modèles durant des décennies de la peinture occidentale de Giotto à nos jours. C'est vrai qu'il manque la feuille de vigne, et encore ce cache n'a été ajouté ou imposé à certains tableaux que tardivement par le Vatican, le plus grand Musée du monde de l'Art occidental.
 
« L'ambassadeur d'Iran a vu l'œuvre, il a jugé que c'était une offense contre l'Islam, il s'est dirigé vers Fouad Bellamine, il a protesté en estimant qu'elle portait préjudice à l'Islam et lui a demandé de retirer l'œuvre. Ils se sont disputés et l'ambassadeur est parti très fâché », a expliqué à l'AFP un membre de l'organisation du Festival de Puebla.
 
Ce qu'ignore aussi notre diplomate c'est que l'œuvre de Courbet et qui a inspiré la photo de Bellamine aurait été aussi déclarée offensant le Christianisme il y a un 100 ans. Mais on est au XXIe siècle et s'il y a un truc qui a offensé vraiment l'Islam c'est bien le comportement indigne de l'ambassadeur. Lequel, s'il estime une âme fragile, n'avait qu'à se renseigner sur l'exposition ; et de rester chez lui. Et puis depuis quand la critique artistique était la tasse de thé des diplomates en exercice a fortiori iraniens ? Mieux : « Fouad Bellamine et les autorités mexicaines décideront quelle est la décision à prendre » concernant un retrait éventuel, a ajouté la source qui a requis l'anonymat. Voilà ! Maintenant la source de ce scoop requiert carrément l'anonymat ! Quant à l'artiste, il a brutalement réalisé que quand on est arabe et musulman il est plus facile de faire des courbettes que d'imiter Courbet.
 
« Ce que je fais n'a rien à voir avec la religion et sa profanation », « C'est très grave et inacceptable de faire à mon œuvre un procès d'intention exigeant un acte de censure sous la menace de la guerre des cultures », s'est plaint l'artiste dans un communiqué reçu par le bureau de l'AFP à Rabat.
 
L'hebdomadaire Proceso avait révélé que l'ambassadeur d'Iran à Mexico Ghadiri Abyaneh avait « accusé l'artiste d'offenser l'Islam » et que « si l'œuvre continuait d'être exhibée, elle provoquerait une crise diplomatique entre les deux pays ».
 
Rien que ça ! Son Extravagance Ghadiri Abyaneh semble oublier que son bled avait organisé un abject concours de caricatures en août 2006 sur l'holocauste. Mais celui-là était halal.
 
Sir Ahmed Salman Rushdie est un essayiste et romancier britannique d'origine indienne, né à Bombay le 19 juin 1947 . Après avoir publié en 198 les « Les versets sataniques », un livre où il s'interroge sur les résidus païens dans l'Islam, une fatwa émise le 14 février 1989 par Khomeiny réclame l'exécution de l'auteur qui vit depuis caché entre New York et Londres. La Reine d'Angleterre lui a donné le titre de Lord à Salman Rushdie en juin 2007.
 
Abdelkarim Chankou
Vendredi 23 Novembre 2007

Publié dans Maroc

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article